Mission parlementaire : audition de Thierry de Larochelambert

Regarder l’audition de Thierry de la Rochelambert (physicien, chercheur) à partir de 1:13 sur la vidéo

Résumé :

  • les risques liés au vieillissement des matériaux => impact à Fessenheim et le reste du parc
  • vieillissement = normal
  • contraintes thermiques etc + fragilisation liée au bombardement
  • 1.thermique => diminue énergie de cohésion des grains d’acier => augmentation dureté et décalage résistance (transition ductile/fragile : domaine fragile augmente) + diminution résistance à la propagation des fissures ; il explique d’où proviennent ces phénomènes ; explications compréhensibles pour les gens qui ont fait un bac E
  • il explique le choix des aciers qui avait été fait ; cet acier présente des ségrégations normales mais parfois « veines sombres » qui sont des défauts de concentration d’impuretés à certains endroits ; il y a aussi un revêtement inox à l’intérieur ; il existe des défauts sous revêtement qui causent des pb de fissuration à ces endroits
  • 2. le vieillissement sous irradiation ; dû au bombardement neutronique => création progressive de défauts par déplacement des atomes de fer (accumulation ou trous) + précipitation d’impuretés solubles, + amas d’impureté (2 = rapide)
  • 3. précipitation lente d’impureté : phénomène qui augmente de plus en plus avec la fluence neutronique => augmente dureté + température transition ductile/fragile
  • si fluence élevé : augmentation linéaire de la température ductile/fragile = très important quand le réacteur est vieux (quelque soit le flux de neutrons) – malheureusement explications techniques interrompues par le député ; la conclusion : il y a risque de rupture brutale à partir de 40 ans de servie pour les 900 MW ; ce risque est très important
  • pb : les réacteurs vont être nombreux à atteindre 40 ans => il faut planifier un arrêt progressif et ne pas aller à 50 ans ; le staade en Allemagne a eu ce genre de pb
  • RISQUE SISMIQUE : 2 gros séismes Bâle n’est pas sur la même plaque 1926 6,5 Kaiserstuhl sur la même plaque que Fessenheim ; il faut renforcer la digue du canal d’Alsace même pour démantèlement
  • intérêt théorique prolongation ; pb 900 MW petite cuve => atteigne la limite à 40 ans et risque rupture à froid très important ; probabilité croissante, il ne faut pas faire d suivi de charge avec ces réacteur, car refroidissement très rapide peut créer un grave accident à tout instant, imprévisible ; si on ne peut pas faire de suivi de charge le nucléaire ; effet falaise : tous les réacteurs arrêtés en même temps
  • fermeture = intérêt pour le personnel => apprendre réseaux intelligents
  • intérêt : baisse de charge ; risque de surproduction (car renouvelable) ; les réacteurs en maintenance fermés depuis un ; les relances sont très difficiles ; import d’électricité allemande pas ok environnementalement
  • pb : hydrogène rendement catastrophique 7 à 9 % de nucléaire + très très couteux*
  • arrêt Fessenheim tout à fait justifié en raison du danger
  • ThdlR a proposé un démantèlement séparé : le premier = le plus vieux et le plus irradié, pourrait servir de base de données techniques pour la recherche internationale : découper et morceaux à analyser dans tous les laboratoires intéressés (prendra plusieurs années) ; il cherche à construire un consortium de recherche entre plusieurs labo, IRSN d’accord aussi, fédération + financements à faire
  • deuxième réacteur : intérêt commercial si on fait un démantèlement propre, sécurisé pour montrer les bonnes techniques ; servir d’instruction aux autres centrales => retour d’expérience sur la tenue des équipement et comment faire concrètement
  • pb de la mémoire industrielle : si on rase, on perd la mémoire, lien avec pb des déchets ; il propose la construction d’un bâtiment très sécurisé pour traiter les déchets faiblement radioactifs, surtout le générateur de vapeur 3 du réacteur 2 qui lui doit être analysé car il a plein de défauts déjà connus, voir ce qu’il en précisément.
  • Où mettre les autres déchets ? Pas dans l’Aube (CIGEO) : très risqué ; lui propose que chaque centrale garde ses déchets, anciens ou/et nouveau bâtiments ; réduction du volume est possible.
  • Attention au projet du technocentre : NE PAS RECYCLER !!! « seuil de libération » abaissé = remettre en circuit les aciers refondus = dangereux, déjà à cause des 9 m sous le canal d’Alsace, on ne peut pas mettre une aciérie ici. GROS RISQUE DE DISSEMINATION radioactivité ; ce n’est pas en faisant fondre qu’on va arriver à enlever la radioactivité et en plus c’est dangereux et en plus les transports sont dangereux ; on pourrait réduire le volume localement mais seulement des déchets locaux et stockage local.
  • Il faut un suivi par la CLIS + experts indépendants
  • pistes données au préfet pour la reconversion énergétique du territoire
  • question du rapporteur : la perception de la fermeture ? certains acteurs disent qu’on savait que ça devait fermer depuis 2012,15,17… ThdlR disait que pour lui c’était déjà 2011/2013 . Il pensait qu’il fallait anticiper : fermeture = montée en puissance de la mise en place des ENR, de l’efficacité énergétique, de la sobriété, etc etc.. Il cite l’exemple du Danemark qui a des caractéristiques similaires à l’Alsace, méthodes transposables (participation de tout le monde => long terme) 1h44 => je continue de résumer un autre jour !!!
Retour en haut
Aller au contenu principal