Copie d’une lettre à un vieil ingénieur qui défend le nucléaire français par opposition au charbon allemand

Bonjour Monsieur,
Nous comprenons parfaitement que la fermeture de Fessenheim soit difficile à vivre pour les gens qui l’ont construite ou y aient travaillé.
Cependant, je suis personnellement convaincue que de nombreux français, y compris ingénieurs, deviendraient très rapidement antinucléaires s’ils se documentaient un peu plus et si le sujet n’avait pas été plus ou moins tabou à l’école. Comme dit Marie Beduneau, une comédienne qui est devenue antinucléaire (après s’être beaucoup documentée) et se consacre désormais à des conférences gesticulées de vulgarisation « dès que tu commences à un peu remettre en cause le nucléaire, on te demande d’avoir tout de suite un argumentaire complet et une vie complètement cohérente. Je me suis demandée si j’avais le droit de boire un café ou pas,  et même parfois si j’avais le droit de respirer. »  Elle a aussi cette phrase où elle lie son séjour en Guyane et son séjour à Bure : « Les araignées, plus tu te documentes, moins tu en as peur, ce sont des animaux passionants. Le nucléaire et ses conséquences, c’est le contraire : plus tu te documentes, plus tu en as peur, et c’est pour cela que j’ai choisi d’en parler sous une forme humoristique »
J’ai aussi entendu des vieux (mais je ne me rappelle plus exactement où) raconter qu’il n’avait jamais été question que le nucléaire soit rentable, avant que l’éventualité de la fermeture d’un réacteur commence à se faire sentir. Après avoir un peu étudié l’histoire de l’arrivée du nucléaire en France, je pense que s’il n’était pas étroitement lié à l’armée, cela fait bien longtemps que toutes les centrales auraient été arrêtées. Je viens d’ailleurs de découvrir une citation du général Charles Ailleret qui va dans ce sens : « J’ai toujours veillé à ce que le nucléaire civil et le nucléaire militaire aillent de pair… Ce serait la mort du deuxième si le premier disparaissait ». Ce n’est certainement pas pour rien qu’en Allemagne le mouvement anti-nucléaire est lié au mouvement pacifiste.
Pour ce qui concerne les centrales à charbon allemande, effectivement il s’agit effectivement d’un énorme problème – à mon sens beaucoup moins grave que celui des déchets nucléaires que vous citez à juste titre, , déchets pour laquelle la solution n’a pas été trouvée, et c’est une des choses que je reproche aux décideurs de la construction des centrales.  J’imagine très bien ces politiques – avide de montrer qu’ils sont plus forts que les autres, ah la grandeur de la France –  se dire « bah, c’est pas grave,  on s’en fout, les ingénieurs trouveront bien une solution ». Et bien pour l’instant on n’a pas la moindre idée réelle de ce qu’on pourrait bien faire de toutes ces cochonneries, à part les cacher et faire croire que c’est une solution. C’est comme les journalistes à la radio qui parlent des ingénieurs qui ont fait ceci cela après n’importe quel accident / effondrement de pont etc …  Chacun sait que l’ingénieur se promène partout avec une petite clé à molette dans sa poche et répare le monde hop hop hop. Un problème ? Pas de problème !
Plus sérieusement, comme la pratique de la langue allemande est peu répandue en France, peu de français savent que, après une courte hausse de l’utilisation du charbon suite à l’arrêt de tous les réacteurs allemands, la production à partir du charbon décroît en Allemagne.
Les allemands, qui sont bien conscients des problèmes liés au charbon et à l’extraction des minerais, mettent toutes leurs forces dans le développement des énergies renouvelables et sont entrain de prendre de l’avance dans ce domaine à tous les points de vue : scientifique, technique, culturel. J’ajoute culturel car il suffit de se promener en Allemagne pour voir que les habitudes et le visage des villes changent : « die Wende ».
Un auteur fort intéressant à ce propos est Völker Quaschning qui a écrit  Erneuerbare Energien und Klimaschutz. (394 pages passionnantes). (ce livre existe aussi en anglais mais n’a pas encore été traduit en français). Il explique cependant que cela ne va pas assez vite. Le réseau sortir du nucléaire propose des ressources intéressantes pour déconstruire ce qui est généralement raconté en France ici et ici.
Pendant ce temps, en France, nous fonçons dans le mur. En poursuivant les programmes nucléaires, la France utilise des sommes d’argent hallucinantes pour une technique complètement mortifère (une centrale nucléaire est une manière extrêmement pratique de produire les ingrédients des bombes nucléaires), et pendant ce temps cet argent n’est pas utilisé pour développer les techniques basées sur les énergies renouvelables.
Le nucléaire n’est pas adapté au changement climatique : regardez ce qui s’est passé à Blayais lors de la tempête de 1999  ou bien encore l’obligation d’arrêter la production lors des canicules, exemple de Fessenheim en 2018.
Le président Sarkozy avait dit (c’était censé être amusant) qu’à Fessenheim, on ne risquait pas de tsunami comme à Fukushima. Et bien si ! Nous risquons exactement le même problème. Voir la situation de la centrale ici en page 4 . En outre, le calcul de résistance des matériaux fait lors de la construction de cette centrale :
– se base sur des estimations qui … ne sont pas du tout les mêmes quand on est français ou allemand / suisse : lire  les pages de Wikipedia sur le tremblement de terre de référence, Bâle 1356, et changer la langue  (il y a quelques années ce n’était pas indiqué sur wikipedia française  mais je viens de voir que maintenant cette différence est indiquée)
– n’est plus d’actualité : actuellement on ne construirait plus dans ces conditions à cet endroit, lire à ce propos l’article du physicien Jean-Marie Brom https://journaldelenergie.com/nucleaire/risque-sismique-sous-evalue-nucleaire-fessenheim/
il faut aussi penser que les barrages et écluses sur le Rhin ne sont pas conçus pour résister de la même manière que la centrale. Un tremblement de terre avec rupture de digue ou de barrage signifierait soit l’inondation soudaine de la centrale soit la perte de la source froide. A notre connaissance, ces hypothèses n’ont jamais été étudiées par EDF.
En 2011, nous n’avons pas eu de chance… le tribunal administratif de Strasbourg a rejeté le 9 mars , soit deux jours avant l’accident de Fukushima, la demande d’arrêt immédiat pour raison de sécurité faite par les associations. Quelle aurait été la décision si elle avait été prise le lundi suivant ?
Par ailleurs, et bien que le danger soit encore présent pour quelques années malgré l’arrêt du fonctionnement du réacteur, à cause de la nécessité de laisser le combustible usé dans les piscine,il n’y a toujours pas de DUS à Fessenheim ! Cela ne fait « que » depuis 2012 que la demande d’installation a été faite par l’ASN pour l’ensemble du parc français (en tirant les leçons de l’énorme aggravation du début de l’accident de Fukushima à cause de la panne d’électricité causée par le tsunami – voir à ce propos le film Fukushima, le couvercle du soleil, de Futoshi Sato, 2019).
Et bien entendu, le réacteur n’est pas protégé contre un attentat. Comme dit  Naoto Kan, Premier Ministre du Japon à cette époque, et physicien de formation est devenu un anti-nucléaire convaincu qui parcours désormais le monde pour témoigner, « une centrale nucléaire sûre est une centrale fermée ».
Un film qui vous plaira certainement en tant qu’ingénieur est L’homme a mangé la Terre de Jean-Robert Viallet, 2019. Même en ayant depuis toujours été passionnée d’Histoire et ayant une part active dans le mouvement anti-nucléaire depuis 2011, j’y ai appris plein de choses. L’image des tramways de New-York délibérément jetés à la casse pour introduire l’automobile dans la ville contre l’avis de nombreux habitants est très marquante.
L’autre jour quelqu’un me disait qu’avec mes idées on allait revenir en arrière. Effectivement, je suis convaincue que, sur certains points, il faut revenir en arrière, sinon je ne vois pas trop comment mes enfants pourront nourrir leurs enfants si elles en ont un jour. Je pense même que ça va aller bien plus vite que cela (en passant, le nucléaire n’est pas une technique adaptée au changement climatique et ne sauvera pas le climat).
Je pense qu’en fait, à l’époque des grandes découvertes des débuts de l’ère industrielle, les gens ont confondu les concepts de nouveauté et progrès.
J’ai un ami qui vit dans une maison construite en bois + paille (méthode dénigrée culturellement en France, et je pense que c’est involontairement à cause du succès du conte « les trois petits cochons » chez les enfants). C’est une technique ancienne. Cependant sa construction a été réfléchie (orientation, choix de l’emplacement des fenêtres). Il possède un petit poële à bois, au cas où. Pour l’instant, cet hiver, il n’a pas eu besoin DU TOUT de l’allumer. Ma maison est ce qu’on appelle à Cernay une « maison des mines » ; maison accolée, et heureusement j’ai le côté sud. Elle avait été recouverte de plaques d’amiante que je n’ai pas les moyens de faire enlever. C’est mieux que rien, mais je dois la chauffer, et beaucoup.
La solution viendra de l’utilisation intelligente des solutions naturelles, et d’un changement de nos modes de vie.
Il est certainement très douloureux pour tous les gens qui ont participé à la construction des centrales françaises et à la conception des bombes atomiques, parce que c’était certainement passionnant techniquement et que nombreux sont ceux qui doivent se rendre compte qu’ils ont été bernés, par exemple sur la propreté de la filière : regardons les effets sur les gens habitant près des mines dans le village de Jadugoda  , à Arlit , en Irak, à Tchernobyl, etc images très choquantes   Le nucléaire est « propre » chez nous (tant que rien n’explose) parce que nous laissons la saleté ailleurs ! Et contrairement à la pub EDF, le nucléaire n’est pas une énergie décarbonnée.
Il reste du boulot technique pour des millénaires pour surveiller ce qu’il va rester de ces centrales, mais il faut absolument arrêter toutes ces centrales.
J’ai entendu diverses prévision : « un accident prévisible pour un million d’année de fonctionnement »  « un accident prévisible pour 100 000 ans de fonctionnement » … avec le nombre de réacteurs en France, nous avons vraiment beaucoup beaucoup de chance qu’aucun n’ait explosé chez nous.
Et il ne faut pas croire que c’est parce que nous sommes meilleurs que les autres ; on a pu dire ou sous-entendre à l’époque de Tchernobyl que c’était un pb lié au communisme, à des gens arriérés techniquement ou je ne sais quoi, mais quand j’ai fait mes études l’industrie japonaise était sans cesse montrée en exemple et ils ont quand même eu Fukushima, et les américains ont eu Three Mile Island et ont alors cessé de construire des centrales. Devons-nous attendre l’explosion pour arrêter ?
Si l’industrie nucléaire française était si sûre, mon assureur accepterait de me rembourser ma maison si je dois un jour déménager à cause d’un accident à Fessenheim. Ce n’est pas le cas : voir ici les conditions générales de mon assureur pour l’assurance habitation (lire page 12) – je leur avais posé la question de la possibilité d’un ajout d’une clause particulière, mais ils m’ont dit que c’était impossible – et si vous connaissez un assureur qui fait mieux, cela m’intéresse fortement ! Sans la  loi du 30 octobre 1968 sur la responsabilité limitée dans le domaine nucléaire, quel industriel aurait pris le risque d’investir dans ce domaine ?  Nous avons l’exemple du Japon où les victimes de Fukushima, outre les problèmes médicaux, sont engluées dans des problèmes administratifs .
En conclusion, je vous recommande la lecture de  la condition nucléaire, réflexions sur la situation atomique de l’humanité un livre passionnant qui apporte un éclairage historique, technique et philosophique sur le nucléaire dans le monde et en France. Je l’ai fait lire à quelqu’un qui n’est aucunement engagé dans le mouvement anti-nucléaire et qui, au vu de ses propres souvenirs et multiples lectures,  m’a déclaré « en fait tout ce qu’il dit est vrai ».
Cordialement

Un commentaire sur “Copie d’une lettre à un vieil ingénieur qui défend le nucléaire français par opposition au charbon allemand

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut
Aller au contenu principal